/Diesel : le contrôle technique devient plus sévère en ce 1er juillet 2019
nouveau controle technique 1er juillet 2019

Diesel : le contrôle technique devient plus sévère en ce 1er juillet 2019

Si vous avez un véhicule roulant au diesel, vous êtes concerné par cette nouvelle mesure. Si cette dernière avait été repoussée le 1er janvier 2019, elle verra bien le jour en ce 1er juillet 2019. Depuis 2018, les points de contrôle ont été renforcés et classés en plusieurs catégories. Désormais, les nuisances seront prises en compte, notamment en termes d’émissions polluantes et de l’opacité des fumées du pot d’échappement.

Les deux points marquants de ce nouveau contrôle

Avec le mouvement des Gilets Jaunes, le nouveau contrôle avait été mis entre parenthèses par le gouvernement. Six mois plus tard, ce dernier fait enfin son apparition, au grand regret de certains propriétaires de véhicules diesel.

Si l’émission de gaz était déjà contrôlée, aujourd’hui ce qui va poser plus de problèmes c’est l’opacité des fumées. Le gouvernement met en place une règle qui ne fera pas d’heureux : votre véhicule diesel ne devra pas rejeter dans l’atmosphère plus de gaz polluants qu’au moment où il est sorti de l’usine. Une mesure compliquée pour de nombreux automobilistes.

Cependant, certains véhicules ne sont pas concernés, notamment les véhicules les plus anciens. En cause ? Les exigences de l’époque qui n’étaient pas poussées. Aujourd’hui donc il serait impossible de pouvoir fournir des données fiables et cohérentes.

Quelles suites pour un contrôle technique défaillant ?

Comme pour tous les contrôles techniques défaillants, les usagers devront effectuer une contre-visite dans un délai de deux moins suivants le contrôle. Dans certains cas, une légère réparation permettra d’être en règle auprès de cette nouvelle législation. Une facture qui ne devrait pas être relativement élevée et qui permettra de retrouver le taux d’émission de départ. Cependant, dans d’autres cas, des remplacements de pièces devront être effectués. Pour ces derniers, le tarif pourrait atteindre les milliers d’euros, somme que tous les citoyens ne peuvent pas se permettre de sortir.

Quand bien même il vous viendrait à l’esprit de ne pas payer la facture et de continuer à rouler avec votre véhicule malgré le souci, vous vous exposez à une amende de quatrième classe. Le tarif se situerait entre 90 € et 375 €. Vous risquez également une immobilisation du véhicule.

Noter cet article